Actualités

Conseil municipal du jeudi 19 septembre 2019 :

ordre du jour

Conseil municipal du lundi 8 juillet : ordre du jour

Lettre à Madame le Maire et le Conseil Municipal d'Erquy - "la végétation de haut de plage" - 30 juin 2019


Mesdames, Messieurs,

Certes, vous voulez présenter aux touristes une plage «propre».

Cependant la végétation qui s'installe en haut de plage est un signe intéressant de la bonne santé de ce qui fut une dune, la végétation qui s'installe en hiver maintient le sable qui se retrouve en réserve et permettra, si on le laisse tranquille, de recouvrir les galets naturellement et probablement en quelques années.

Nous sommes déjà intervenus pour évoquer ce sujet, nous comprenons parfaitement le point de vue qu''Yves Hamon évoque dans son courriel et qui nous paraît de bon sens.


Il est rarement raisonnable de vouloir faire mieux que la nature en procédant à des actions mécaniques onéreuses pour, finalement, obtenir un résultat à recommencer tous les ans. Ce n'est pas parce qu'une année la laisse de mer n'a pas eu les effets escomptés au nord de la plage de Caroual qu'il ne faut pas laisser la nature agir, la laisse de mer ne doit être ôtée que quand elle devient dangereuse.

La végétation de haut de plage casse de plus la force des vagues qui frappent le muret aussi bien sur la plage du centre que sur celle de Caroual.

Nous pensons que les touristes comprendront très bien une autre démarche que celle suivie aujourd'hui en expliquant le caractère durable de cette nouvelle action.

Le conseil d'administration du Nouvel Essor d'Erquy

Lettre à Madame le Maire et le Conseil Municipal :

"la démocratie locale" - 20 juin 2019 -

Mesdames, Messieurs,

Notre association est particulièrement attachée à la citoyenneté, il nous semble important de mettre en avant au moins deux points qui mériteraient à nos yeux un traitement différent.

- le jour du conseil municipal est annoncé, certes, mais il nous semble surprenant que l'ordre du jour ne soit pas connu de la population. Pour que les citoyens se sentent concernés par les orientations de la municipalité, il nous parait important de publier l'ordre du jour.

Nous ferons paraitre le prochain ordre du jour du conseil municipal sur notre blog « lenouvelessor.fr ».

De plus nous déplorons que les compte-rendus ne paraissent pas sur le site municipal.


- lors de notre « café citoyen » : débat public concernant le cœur de ville, les participants avaient avancé des idées pertinentes, pourriez-vous nous faire savoir si quelques points ont mérité votre attention ( passages piétons au niveau des Jeannettes, circulation des poussettes et fauteuils roulants sur les trottoirs du centre, quel avenir pour les terrains près de l'entreprise Dagorne, quel avenir pour le bâtiment de la FOL de l'Orne, pourquoi les recommandations du conseil des sages ne sont-elles jamais communiquées, est-il envisageable d'interrompre le conseil municipal quelques minutes pour laisser s'exprimer les spectateurs, retour sur les travaux des commissions de la communauté de communes ).

Ces points nous semblent importants dans une démocratie - qui commence à l'échelon local - pour laquelle nous militons, et qui pour être efficace doit être participative.

La population erquiaise pourrait parfaitement apporter des suggestions lors de la préparation des orientations budgétaires, encore faudrait-elle qu'elle fut informée des projets envisagés. Une part du budget pourrait être réservée aux propositions de projets de citoyens.

Le conseil d'administration du Nouvel Essor d'Erquy

Café citoyen du 9 mai 2019 - Salle des fêtes d'Erquy


Les élections européennes

En réponse à l'invitation du Nouvel essor, une vingtaine de personnes se sont réunies autour de ce thème pour information, échanges et questionnements.

1- Les institutions européennes, le rôle du parlement.

  • Comment fonctionne l'Europe ?

- Les chefs d'état ou de gouvernement de l'UE se réunissent au sein du

Conseil européen pour déterminer les orientations générales et prendre les décisions sur les questions clés.

Ce Conseil se réunit régulièrement pour prendre des décisions politiques et adopter la législation européenne.

- Le Parlement européen représente les peuples et partage le pouvoir législatif et budgétaire avec le Conseil.

- La Commission européenne, chargée de définir l'intérêt commun de l'Union, dispose d'un droit d'initiative et assure la mise en œuvre des politiques européennes.

  • Fonctionnement du Parlement européen.

- 751 députés élus pour 5 ans.

74 députés pour la France, 79 si le Brexit se réalise.

Les parlementaires sont élus sur des listes nationales, 33 listes ont été déposées en France pour un scrutin à la proportionnelle.

Seules les listes ayant obtenu 5% des voix peuvent avoir des élus. (1% en Allemagne)

Une fois élus, les parlementaires européens s'organisent en groupes politiques.

- Les parlementaires débattent et votent les projets de règlements et de directives proposés par la Commission puis examinés par le Conseil des ministres. Les projets sont adoptés lorsqu'il y a accord entre les deux institutions.

- Ils votent ou rejettent les budgets annuels proposés par la Commission.

- Ils valident ou rejettent les candidatures aux postes de commissionnaires proposés par les états membres.

- Ils ont le pouvoir de voter une motion de défiance contre la politique de la Commission qui doit alors démissionner.

2- Les enjeux des élections du 26 mai 2019

L'Union Européenne représente 28 pays, soit 511 millions d'habitants, 22% du PIB mondial, et 2/3 des échanges commerciaux.

Le Parlement dont nous devons élire les membres, a un pouvoir législatif et budgétaire, à parité avec le Conseil des ministres. En cas de désaccord, c'est le parlement qui a le dernier mot. Si le parlement rejette le budget, tout est rejeté.

À ces élections, il n'existe pas de listes transnationales, par contre, sur chaque liste nationale, il peut y avoir des candidats d'autres pays.

Les députés qui seront élus vont ensuite s'organiser en groupes politiques au sein du parlement. Il y a actuellement 7 ou 8 groupes. Un groupe est constitué d'au moins 25 députés provenant de 7 pays différents.

Deux grands groupes dominent actuellement le Parlement: le parti populaire européen (droite libérale) et l'alliance progressiste des socialistes et démocrates.

Les initiatives de propositions de lois proviennent de la Commission, mais si ¼ des pays demande une nouvelle loi (avec plus d'un million de signatures pour chaque pays), le Conseil se doit d'étudier l'éventualité de présenter cette loi.

Au Parlement, la représentativité d'un pays est fonction de sa population, mais le nombre de parlementaires ne peut pas être inférieur à 6.

Les parlementaires français seront choisis à la proportionnelle des votes émis sur les 33 listes nationales. (donc un seul tour !)

Chaque état finance ses listes nationales. Il faut obtenir plus de 3% des voix pour avoir droit à un remboursement des frais. Une liste doit comporter 79 personnes.


Des remarques et des questions de la part des participants :

- En France, une voix correspond à un suffrage exprimé. Les votes blancs et nuls ne sont pas comptabilisés. Qu'en est-il dans les autres pays ?

- En France, les listes doivent respecter la parité hommes-femmes. Chaque pays est libre de choisir parité ou non.

- Des listes transnationales donnant une idée globale de l'Europe seraient plus lisibles mais sans doute très difficiles à interpréter.

- Y aurait-il des listes avec possibilité de rayer des noms ?

- La demande d'une nécessaire harmonisation semble évidente dans la salle (mêmes règles, mêmes conditions de financement, même minimum à obtenir pour être élu).

- Le problème est le même en ce qui concerne l'application des lois européennes dans chacun des pays. Une loi européenne doit avoir une application immédiate dans les états membre, mais quand la directive modifie parfois les lois de l'état, la transposition devient plus ou moins tardive. Il y a alors rappel à l'ordre de la Commission et du Parlement et, éventuellement saisie de la Cour de Justice européenne. (ex : les quotas d'immigrés à accueillir)

- Si la Grande Bretagne devait quitter l'Europe, le nombre de députés français passerait de 74 à 79. Pourquoi n'est-il pas envisagé de faire des économies de postes ?

- L'indépendance de la Banque européenne pose problème : il paraît anormal que les pays membres et leurs parlementaires n'aient aucun contrôle sur la banque.

- Pourquoi le Président du Conseil européen ne se fait-il pas entendre comme la « voix de l'Europe » face à la Chine ou les USA ?

- L'Europe devrait protéger ses ressortissants des achats de terrains (faits par la Chine) sans respect des règles des autres pays.

- De même, l'achat à la Chine de panneaux solaires ou de batteries pour véhicules électriques provoque la mort de filières françaises qui se développaient.

3- et la Bretagne ?

La Bretagne a bénéficié d'aides européennes (plan routier, TGV) mais se trouve actuellement face à de gros problèmes :

  • La pêche

Il existe des accords internationaux sur les zones de pêche.

70 à 80% du poisson ramené à la criée d'Erquy provient des eaux territoriales britanniques. (et le traitement des coquilles + poissons représente 350 emplois directs ou dérivés)

Mais les eaux territoriales françaises restent ouvertes à toutes les nations européennes.

  • La PAC

La politique agricole commune sert essentiellement les gros céréaliers.

La production bretonne de porcs, poulets et lait diminue.

Le développement des « normes bio » est en cours, avec un certain retard. (à noter que la Bretagne reçoit des subventions pour recréer du bocage, après en avoir reçu pour le détruire...)

La Bretagne doit développer les transformations des produits qu'elle crée pour conserver un pouvoir d'achat satisfaisant.

En conclusion

L'ensemble des participants souhaite obtenir de l'Europe et des listes nationales des harmonisations et des programmes clairs concernant :

o Le droit de la famille

o Le droit des sociétés

o La fiscalité

o Les contrats d'emploi

o Le salaire minimum existant

o Les prestations sociales (santé, assurance maladie)

o La prise en compte de l'urgence écologique, du respect de l'environnement et de la qualité de l'eau

o Des compétences européennes au niveau des revenus, des lois sociales, (discrimination du handicap), de l'écologie, plus que des directives essentiellement économiques.

o Tous saluent l'espoir en la jeunesse qui s'est formée en Europe grâce aux échanges.


Café-citoyen du 1 février 2019

Salle des fêtes d'Erquy


L'association "le Nouvel Essor d'Erquy" a organisé un café citoyen le vendredi 1 février 2019. Le sujet débattu concernait le cœur de ville dont une étude avait été présentée à la population erquiaise en 2015. Nous vous relatons ci-après un compte-rendu des débats qui permet de saisir les attentes des habitants d'Erquy.

À l'appel du Nouvel essor, une vingtaine de citoyennes et citoyens d'Erquy se sont réunis ce jour pour échanger leurs idées et discuter sur le thème : « le cœur de ville, sa revitalisation, la mixité générationnelle, les espaces à conquérir »

Deux représentantes de la presse étaient présentes.

Des « nouveaux résidents » à Erquy avaient fait le déplacement.

Il s'est avéré très intéressant d'entendre leur effarement devant les constats qu'ils ont fait depuis leur récente arrivée : étonnés par le nombre de maisons fermées, par la vitesse excessive, par la conduite imprudente, par le danger quand on essaie de traverser au niveau du rond-point des Jeannettes (pas de passage piétons, pas de trottoirs, manque d'éclairage dans les rues adjacentes).

En ce qui concerne le centre ville, ils ne sont pas les seuls à constater que des voitures stationnent en zone interdite devant les commerces, bloquent le passage sur les trottoirs qui, de toute façon ne permettent pas l'utilisation de poussettes ou de fauteuils pour personnes handicapées.

La réflexion s'est portée sur « Que faudrait-il pour redynamiser un centre ville ? »

Plusieurs pistes sont envisagées.

Certains réclament plus de parkings, mais cela a été opposé à la nécessité de développer commerces et habitat.

Il a également été fait remarquer que la tendance générale est de développer des zones piétonnes afin de réduire l'hégémonie de l'automobile. Dans ce contexte, le développement excessif de parkings ne semble pas très raisonnable.

Le centre possède du potentiel, des maisons et des commerces vides.

Il est noté que, pour qu'un commerce vive toute l'année sur Erquy, il est nécessaire qu'il propose quelque chose d'attractif et original, qu'il trouve une « niche » qui ne corresponde pas à ce qui est proposé en grande surface !

Qu'est-ce qui « oblige » les gens à venir en centre ? Ce sont les services publics (mairie, poste) et le marché.

Pour qu'il y ait une dynamique de développement dans une ville, il est nécessaire que tous les acteurs travaillent dans le même sens : les commerçants, les consommateurs et la municipalité.

Il est bien sûr indispensable qu'il y ait des habitants toute l'année, et si possible plus nombreux, donc aussi des jeunes.

Pour cela, il faudrait favoriser l'implantation de jeunes ménages, donc prévoir un habitat à prix accessible, des constructions qui ne soient pas réalisées uniquement pour attirer de nouveaux touristes.

Il est fait allusion à la réhabilitation et transformation des terrains correspondant à l'ancienne mairie et école, qui pourraient devenir des logements à prix modérés.

Le manque de logements sociaux proches du centre ville est inquiétant pour l'avenir d'Erquy et dramatique pour celui de l'école.

Le terrain situé à l'angle de la rue Foch et de la ruelle du Doué de la Cuve pourrait convenir pour des commerces au rez-de-chaussée et des logements sociaux au dessus, à hauteur raisonnable.

Le projet réalisé par l'atelier du Canal à propos de l'actuel terrain de foot fait l'objet de nombreuses remarques.

Il en ressort que ce projet n'est pas le mieux adapté aux besoins d'Erquy.

D'autre part, cette zone reste inondable, et malgré les progrès technologiques, le risque persiste.

Enfin, il serait sans doute souhaitable, peut-être dans un second temps, d'encourager des commerces dans les rues donnant accès à Caroual, Tu es Roc...

La future rue permettant de relier le parking du marché à la rue des patriotes sera la bienvenue

Mais d'autres créations seront nécessaires.

Le prix du foncier est très élevé à Erquy, la question se pose donc d'éventuelles réserves foncières réalisées par la municipalité.



Les réserves foncières :

Que deviennent les terrains acquis (près de Dagorne et à la Couture ?)

Pourquoi, depuis si longtemps n'y a-t-il pas eu de projets à long terme ni de ligne directrice des projets ?

Les travaux de l'EPADH privé ont débuté, il sera nécessaire que cette entreprise privée assume bien les frais de tous les aménagements et accès et de tous les travaux de démolition, y compris le désamiantage.

Idem pour le bâtiment de « la FOL » à Caroual.

Certains des présents venaient tout juste d'assister au dernier Conseil municipal.

Des questions sont posées :

Pourquoi une telle opacité ?

Pourquoi ce manque de communication ?

Pourquoi, lors des enquêtes publiques, la communication reste-t-elle globalement insuffisante ?

Pourquoi les recommandations du Conseil des Sages ne sont-elles pas citées et prises en compte?

Pourquoi la Commission de la Démocratie locale n'est-elle pas interrogée ?

Pourquoi n'y a-t-il pas de retour sur les travaux effectués par les commissions de la Communauté de Communes ?

Pourquoi ne pas proposer une interruption de séance du Conseil municipal afin d'échanger avec le public présent ?

Y a-t-il une réelle démocratie ?

La séance s'est terminée après 2h30 d'échanges.

Le Nouvel Essor s'engage à faire part aux élus de la municipalité des remarques et réflexions des participants par le présent compte-rendu.


Débat, consultation, opération de communication, 

Que Penser? 

Le grand débat voulu par le président de la république a démarré. Dans sa lettre aux français il fixe quatre objectifs :

  1. La transition écologique,
  2. La fiscalité et les dépenses publiques
  3. La démocratie et la citoyenneté
  4. L'organisation de l'état et des services publics

Ces formules générales on peut leur faire dire beaucoup de choses mais de là à penser qu'elles vont permettre de répondre aux revendications mises avant par les gilets jaunes mais aussi soutenues par une grande partie de la population il est permis d'en douter. La régression du pouvoir d'achat et le développement des inégalités sont des réalités douloureuses pour beaucoup qu'ils aient du travail, qu'ils soient chômeurs ou retraits surtout qu'il n'y a pas de réelles perspectives d'amélioration à court terme et qu'ils ne sont pas écoutés, ni même entendus.

Le débat ouvert par Emmanuel Macron est censé corriger cette situation. Est-ce vraiment le cas ? Rien de moins sûr. Il est clair que le gouvernement trop pressé de mettre en place son programme de réformes au profit des entreprises a refusé d'entendre le mécontentement qui s'exprimait sous des formes multiples depuis l'été 2017 que ce soit à propos des ordonnances pour la réforme du droit du travail, de la hausse de la CSG des retraités, de la baisse des dotations aux collectivités locales de la volonté de dégagisme qui s'était exprimée lors des élections présidentielles et législatives. Un Gouvernement à l'écoute des citoyens pouvait dès l'automne 2017 saisir que de grandes difficultés étaient à venir. L'exécutif a préféré passer outre et miser sur le pourrissement du mouvement. Cette sous-estimation méprisante a eu un effet contraire le mouvement s'est radicalisé ouvrant la voie à la violence et aux dégradations. Il a fallu arriver à ces extrémités pour que l'exécutif fasse de faibles concessions en faveur du pouvoir d'achat et que germe l'idée du grand débat national.

Est-ce d'ailleurs vraiment un débat ? A la lecture de la lettre d'Emmanuel Macron ce n'est pas évident. En effet la présentation des 4 thèmes imposés ressemble beaucoup au programme du candidat à la présidence de la république Emmanuel Macron. De plus la présentation est suivie d'une liste de questions fermées qui n'incite pas au débat et le réduit à une simple consultation sur des thèmes prédéterminés si on s'en tient à une réponse aux questions posées. Ceci est d'autant plus important que l'on ne sait pas précisément aujourd'hui quelles suites seront données aux résultats du débat.

Celui-ci doit se réaliser sous forme de réunions d'initiatives locales qui doivent être organisées en fonction des quatre thématiques. Les participants peuvent s'exprimer librement à condition de respecter les dispositions d'une charte nationale de déontologie. Un compte rendu des débats doit être établi en s'appuyant sur les formulaires et fiches établis par la plate-forme nationale.

Ce dispositif est loin d'offrir de permettre l'expression des revendications mises en avant par les gilets jaunes ces derniers mois -- rien sur le pouvoir d'achat -- et montre bien que ce « débat» a une autre fonction : maintenir le cap des réformes, tout en essayant de regagner la confiance de la population mais aussi des élus et des acteurs sociaux par des interventions spectaculaires sur le terrain.

Un cahier de doléances est à la disposition du public en mairie. C'est probablement l'outil d'expression le plus ouvert dans ce débat, ceci dit ce qui sera fait des contributions n'est pour l'instant pas clair. On peut craindre que ce ne soit qu'un « défouloir ». Le Nouvel Essor prévoit malgré tout d'y déposer une contribution.

L'expression citoyenne ne peut se réduire à des opérations électorales tous les quatre, cinq ou six ans. La démocratie exige l'écoute et la transparence permanentes. Soyons nombreux à nous exprimer sans illusion sur la finalité du débat pour que les méthodes de gouvernement évoluent c'est le plus important.

.31 janvier 2019

,

Cahier de doléances du Nouvel Essor d'Erquy


1. Pouvoir d'achat

La régression du pouvoir d'achat et le développement des inégalités sont des réalités douloureuses pour beaucoup qu'ils aient du travail, qu'ils soient chômeurs ou retraités. Cette situation ne peut pas durer :

- Augmentation substantielle du SMIG et des retraites de base.

- Fin de l'assujettissement à la CSG des retraités

- Rétablissement de l'indexation des retraites sur les augmentations du SMIC

- Suppression de l'abattement sur les APL

- Augmentation des allocations handicapés

2. Réforme en profondeur de la fiscalité :

- Progressivité réelle de l'impôt sur le revenu

- Rétablissement de l'ISF en coopération avec les Etats membres de l'Union européenne afin de limiter les risques d'optimisation ou de fraude fiscale.

- Renforcement des dispositifs de lutte contre la fraude fiscale.

- Taxation du kérosène

- Taxation du fioul utilisé pour le transport maritime

3. Réformer nos institutions

- Le niveau de défiance à l'égard des institutions est aujourd'hui tel qu'il est inévitable de les redéfinir en profondeur. Un besoin de démocratie participative s'exprime fortement il faut y répondre aussi bien au niveau local que national. Cela concerne au premier chef les procédures de décision et la revendication du référendum d'initiative citoyenne doit faire l'objet d'une réflexion approfondie.

- Redéfinir les processus décisionnels : information et consultation préalable des personnes et organismes concernés, transparence dans les négociations aussi bien au niveau local, intermédiaire que national.

- Recours en priorité à la négociation pour la résolution des conflits

- Renforcement et indépendance des organes de contrôle internes et externes, publication des résultats de leurs travaux et actions.

- Limitation à deux mandats consécutifs dans une même instance pour les élus.

- Elections à la proportionnelle des députés, conseillers régionaux, conseillers départementaux

- Révision de la loi NOTRE dans un souci de simplification du millefeuille :

4. Lutter contre le réchauffement climatique et stimuler la transition écologique

- Développer un vaste programme d'isolation des logements,

- Accorder clairement la priorité à la production d'énergie décarbonée,

- Favoriser en milieu rural, notamment, l'autoproduction d'électricité et l'autoconsommation.

- Développer la recherche en faveur de la sobriété énergétique dans l'industrie, l'habitat, les transports,

- Appliquer pleinement le principe pollueur-payeur au moyen d'une taxation basée sur l'étendue des effets sur l'environnement et le climat et sanctionner financièrement, au profit de la recherche dans le domaine écologique, fraudes et infractions.

Erquy le 12 mars 2019

siège : 6 rue des ajoncs d'or - 22430 ERQUY

Blog : http//lenouvelessor.fr

Couriel : secrétariat@lenouvelessor.fr

NOUS VOULONS DES COQUELICOTS .

Vivarmor nature lance un appel pour obtenir l'interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Ci joint le texte du message reçu. Il est clair qu'un tel appel correspond pleinement aux principes que nous défendons.  Signez l'appel et  faites le connaître . 

L'heure n'est plus à compter les oiseaux, les abeilles, les papillons morts et les humains malades. Le constat a été fait tant de fois, au travers de centaines d'études scientifiques rigoureuses, que discuter encore n'a plus de sens. Notre pays est devenu méconnaissable à cause des pesticides. Toutes les politiques ont échoué.

Nous lançons un immense Appel qui doit provoquer un soulèvement pacifique de la société française. Il pourrait durer deux ans et vise à mobiliser au moins cinq millions de soutiens. C'est ambitieux, mais l'objectif l'est, car il s'agit d'obtenir l'interdiction de tous les pesticides (de synthèse) en France.

Il faut donc relever la tête, unir toutes les forces disponibles, agir tout de suite. Le pari repose sur l'espoir que la société française reste vivante. Un pays libre garde le droit de refuser ce qu'il ne supporte plus et de l'imposer à ses dirigeants, quels qu'ils soient.

Pour accompagner la publication de l'Appel, de nombreux outils de mobilisation ont été créés. Bien sûr un site Internet qui accompagnera l'Appel durant deux ans :

www.nousvoulonsdescoquelicots.org

Sur ce site, les internautes pourront signer l'Appel, commander les outils mis à disposition et présentés ci-après, découvrir les actions menées par les citoyens et citoyennes faisant vivre l'Appel, etc. Outre le site, les citoyens pourront suivre l'Appel sur :

✓ Facebook: www.facebook.com/appel.des.coquelicots/ ✓ Twitter: twitter.com/coquelicots_
✓ Instagram et une chaine YouTube bientôt disponibles

Pendant toute la durée de l'Appel - deux ans - et chaque mois, nous invitons les signataires à se retrouver le même jour et à la même heure sur les places des villes et des villages des lieux où ils habitent.

Contact Bretagne : françois.de-beaulieu@wanadoo.fr Tel : 06 16 20 30 93

Contact VivArmor Nature : yvesfaguet@icloud.com Tel : 06 42 53 34 95



Éoliennes en mer : trois recours examinés par la justice

Ouest France 17 mars 2018

Les projets de parcs éoliens en mer font toujours l'objet de recours devant la justice administrative. ' archivesAfficher le diaporama

La cour administrative d'appel de Nantes se penchait, ce vendredi 16 mars, sur trois recours visant des projets de parcs éoliens en mer, dans les Côtes-d'Armor ou près des plages du Débarquement ou des falaises d'Étretat. Pas de chamboule-tout en vue.

Sur le fond du fond, l'argument massue des opposants aux projets de parcs éoliens en mer, c'est la défiguration de paysages sauvages et de littoraux protégés.

Mais c'est inopérant, assure le rapporteur public de la cour d'administrative d'appel de Nantes qui donnait, ce vendredi 16 mars, son avis sur trois projets contestés. À proximité des falaises d'Étretat, comme en Côtes-d'Armor ou non loin des plages du Débarquement, son raisonnement est le même : les éoliennes parfois hautes de 200 mètres sont implantées à plus de 10 kilomètres du rivage.

Autrement dit, si l'on observe la côte, depuis les sentiers douaniers ou depuis la mer, elle reste intacte. Impossible de voir le littoral ET les éoliennes simultanément et d'un seul coup d'œil. Certes, l'horizon est bien impacté, mais à ses yeux, il ne fait l'objet d'aucune forme de protection légale. « L'intérêt paysager n'est pas sur le large, ces vues n'ont rien de pittoresque, d'exceptionnel », assure le rapporteur public. En substance, il pousse le raisonnement plus loin : qu'on trouve ça joli ou laid, des éoliennes à l'horizon, ce n'est pas le problème.

Décisions dans une quinzaine de jours

Deux des trois recours formés par des associations de protection de l'environnement, dont, à chaque fois, Robin des bois, ont peu de chances de prospérer aux yeux du rapporteur public, catégorique. D'ailleurs, la cour administrative d'appel de Nantes, compétente pour tous ces dossiers, a, jusqu'à présent, validé les projets de parcs éoliens en mer, débattus devant elle.

Un bémol. Un troisième dossier, celui qui voisine avec les caps d'Erquy ou Fréhel, en Côtes-d'Armor, est entaché d'un petit problème de signature. De quoi, éventuellement, retarder légèrement le projet, mais pas le remettre en cause durablement


Montafilan

Extrait de la contribution du Nouvel Essor à l'enquête publique :

Concernant spécifiquement Montafilan, le point de vue des pêcheurs doit être entendu et mieux pris en compte, de même que celui des amoureux de ce site. Personne ne conteste la nécessité d'une meilleure valorisation touristique du site et de la vallée en aval nous demandons qu'un engagement soit pris à ce propos par la commune et la communauté de communes au terme d'une véritable concertation et la présentation d'un projet d'ensemble à la population d'Erquy et de Plurien.

Un véritable comité de pilotage avec les usagers du lieu soit mis en place et que l'opération fasse l'effet d'un suivi quant à ses effets. Les pêcheurs doivent être particulièrement écoutés et les aménagements envisagés doivent permettre une pratique aussi diversifiée que possible de la pêche de loisir. 


Eoliennes en baie de Saint Brieuc

Voir l'article du Télégramme : ici